FR | EN | NL

ARCHIVES | 2006 | MUSIQUE


31knots (us)
Stylistiquement, ce trio de Portland fait penser aux premiers disques de Karate, Blonde Redhead ou Engine Down, mais le tout en nettement plus tarabiscoté, avec des structures bien plus complexes et des mélodies beaucoup plus déchiquetées, même si l’énergie, la tension et les émotions vives sont également leurs points forts. Ils défendront au Rhâââ Lovely leur tout nouvel album "Talk Like Blood", sorti sur Own Records et Polyvinyl.

65daysofstatic (uk)
Ceux qui se sont risqués à décrire la musique de 65daysofstatic n’ont que peu approché les profondeurs creusées par ces Anglais à travers leurs sons grands ouverts, à la croisée de guitares continues, de féroces beats drum'n bass, de batterie live et d-d-d-de cr-cr-cr-crépi-pi-pitements au lap-lap-lap-top. En somme, une bande son vers une nouvelle dimension, où rock, dance et électronica se retrouvent à pied d’égalité. Un concert de 65daysofstatic est toujours : vicieusement euphorique, frénétique, submergeant, flirtant avec le chaos et, surtout, très, très fort.

absinthe (provisoire) (f)
Ce groupe de Montpellier propose une musique noise et tarée évoquant tour à tour Paul Newman, A Silver Mt Zion et Lowercase. Elle illustre ce que les membres désirent et révèlent tard la nuit, pendant d'interminables et passionnées professions de foi alcoolisées : aller vers la folie, l'inconscience et la transe... Un groupe sincère et touchant, parfois humainement déroutant et incompréhensible, en tout cas un des plus punks et habités des groupes officiant dans le registre post-rock.

charlottefield (uk)
28 minutes de tension constamment alimentée et explosante, c'est ce que propose ce groupe anglais sur leur album signé sur le prestigieux label FatCat, écrit sous haute perfusion de Slint, dont on reconnaît le dialogue des guitares et les harmoniques gonflées à l'adrénaline et la paranoïa. On trouvera également un goût de Can, par les bribes d'incantations du chanteur. Le groupe élabore ses chansons à partir de motifs obsédants évoluant asymptotiquement en lentes variations vers un point extrême, un moment d'explosion qui parfois vient, parfois ne vient pas. Un concert exclusif en Belgique !

deerhoof (us)
Il y a beaucoup d'éléments "avant-garde" dans les chansons de ces Américains: motifs noise de guitare, bips-bips au Casio, éclats épars de batterie, production bancale de type "bedroom recording", ou les prestations vocales de la chanteuse Satomi. Mais ce qui est particulièrement remarquable, c'est la manière dont le groupe délivre cette espèce d'énergie effervescente "enfantine". Entre 1997 et 2005, le groupe a sorti six albums, dont le dernier en date, The Runners Four, sera certainement à l'honneur au Rhâââ Lovely !

grails (us)
On évoque très souvent GY!BE et Dirty Three pour décrire la musique de ces Américains, sans doute au vu de cette attirance pour les climats froids des premiers et du rôle central du violon des seconds, mais la comparaison s’arrête là. Au-delà de similitudes de surface, Grails développe bel et bien une écriture propre. Du post-rock à l’écriture resserrée où la mélodie joue un rôle important. Pas de surplace ici, les morceaux évoluent sans cesse, solides, mais jamais grandiloquents. Ils seront de retour sur nos terres belges après deux ans d'absence !

i love sarah (b)
I Love Sarah, c'est Rudy Perdu à la guitare, au sax et aussi aux voix de l'est. C'est également Jani Jani à la batterie, aux percussions et aux voix de l'est comme de l'ouest. I Love Sarah joue de la muzaknoise. Voire, de l'anti-pop. C'est-à-dire ? Et pourquoi ne viendrez-vous pas vous en rendre compte par vous-même ?

piano magic (uk)
Ce groupe anglais à géométrie variable a abordé une pléthore de styles musicaux depuis ses débuts, des clics "Kraftwerkiens" de leur premier album à la mélancolie étouffante, éthérée et multicouches vers laquelle ils ont progressivement évolué. Les superbes 'The Troubled Sleep Of Piano Magic' et 'Disaffected', leurs deux derniers albums sortis en 2003 et 2005, en sont de parfaits exemples : voix délicate, guitares scintillantes, rythmique entêtante, hymnes au synthé. Ils ont survécu à certains labels sur lesquels leurs nombreux disques sont sortis, et ne montrent aucun signe de fatigue. C'est d'ailleurs ce qu'ils vont nous prouver au Rhâââ Lovely Festival, lors de leur concert exclusif en Belgique !

picastro (can)
Il y a quelque chose de sauvage, dangereux et fascinant chez ces Canadiens, qui glisse sous la glace et menace à tout moment de nous engloutir. Projet de neuf ans d’âge, installé autour de la personnalité centrale de Liz Hysen, il se dessine quelque part entre le mystère de Rodan et la subtilité de Sonora Pine. On pense aussi à Movietone sans les coups de grisou. Leur musique évoque les lumières tamisées de l’automne, les jours qui déclinent, les feuilles qui s’amassent sur le sol et pourrissent doucement. Un certain mal-être latent rendu vivant par la tension qui le combat. Le groupe sera pour la première fois en Belgique en ce mois d'avril !

stinky squirrels (b)
Ces deux Belges, arpenteurs de concerts, mixent du rock'n'roll sous toutes ses formes : surf, punk, rock, grunge, métal. Chacun des deux lascars mixe à tour de rôle, les enchaînements étant improvisés et incontrôlés. Attendez-vous à une bonne décharge de rock'n'roll !

this is your captain speaking (aus)
Ce trio de Melbourne figure au sommet de la pile de sorties post-rock australiennes de l'année. Leur premier album, 'Storyboard', a récolté pas mal de critiques élogieuses : "66 minutes de pur bonheur musical", "un des meilleurs albums sortis récemment" ou "un chef d'oeuvre incontournable". Les chroniqueurs ont - à raison - comparé le groupe à leurs pairs Brian Eno, Steve Reich, Sigur Rós, Explosions in the Sky et Ennio Morricone. A l'occasion de la sortie de 'Storyboard' en Europe sur Resonant, le groupe jouera au Rhâââ Lovely un concert exceptionnel en Belgique !

v.o. (b)
Ce groupe belge est construit autour de Boris Gronemberger, musicien talentueux et hyperactif officiant également dans Raymondo et le backing band de Françoiz Breut. Leur musique est proche d’un monde parallèle qui relierait Gastr del Sol et David Grubbs à certains des formats plus classiques visités par les High Llamas. De la fraîcheur purement pop au Rhâââ Lovely Festival, on aura tout vu !