FR | EN | NL

ARCHIVES | 2004 | MAIN STAGE | EXPLOSIONS IN THE SKY


Photos

photo 8
1 :: 2 :: 3 :: 4 :: 5 :: 6 :: 7 :: 8 :: 9 :: 10

 

Biographie

En recherchant 'Explosions In The Sky' sur le net, vous obtenez Afghanistan, Iraq, Vietnam, boules de feu, rayons gamma. Mais surtout un groupe de rock d'Austin, Texas. Pour ce quatuor basse – batterie – 2 guitares, il semblerait que le 4 juillet 1999 soit leur date de naissance : c'est le jour – et même plutôt la nuit – où les personnalités et idées des membres ont commencé à s'entremêler, et où le nom est né (simplement en regardant le feu d'artifice de la fête nationale).

Bien sûr, tout cela a commencé plus tôt, en 1993, l'année de rencontre de Munaf, Mark et Mike. Basés à Midland (West Texas) ils ont tous déménagé pour Austin, à différents moments et pour différentes raison. Début 1999 le dernier larron, Chris, qui ne connaît pas les trois autres, met une annonce dans un magasin de CD disant 'Wanted : Sad, Triumphant Rock Band'. Rencontre, répétitions, premiers concerts.

 

 

En janvier 2000 ils enregistrent leur premier album 'How Strange, Innocence', sur lequel apparaissent déjà puissance et émotion, et transparaît déjà le vrai talent du groupe. Assez bizarrement, cet album n'est pas immédiatement sorti sur une maison de disque et n'a donc pas été distribué en tant que tel (même s'il a depuis été réédité mais vite épuisé).

Un peu plus tard, American Analog Set remet -de sa propre initiative- une cassette live du groupe à Jeremy DeVine, patron du label Temporary Residence Records (Fridge, Sonna, Tarentel ...). Après une écoute, son commentaire en est (je cite) : 'this totally fucking destroys'. Inutile de préciser qu'ils ont immédiatemment été invités à rejoindre la maison de disques.

Un album est alors paru, le premier véritable donc, appelé 'Those who tell the truth shall die, those who tell the truth shall live forever' et composé de 6 titres où se mélangent mélancolie, rage, noise. Les guitares sourdes et mélodiques au départ se dressent au final en un mur de bruit, ou comment passer d'un silence total à la violence totale...

 

 

Une longue tournée aux USA a ensuite suivi, avec des apparitions aux côtés de Trail Of Dead, Fugazi, Engine Down, Tarentel... Un incident amusant alors qu'ils revenaient d'une session d'enregistrement pour la radio néérlandaise VPRO s'est produit à l'aéroport d'Amsterdam, où ils ont failli empêcher leur avion de décoller à cause d'un ... autocollant sur une de leurs guitares ! Il faut dire qu'il y était inscrit 'this plane will crash tomorrow', ce qui a plutôt inquiété le responsable de la sécurité, qui y a vu un message terroriste.

Un peu moins d'un an plus tard, ils entament leur première tournée en Europe, avec comme baptême du feu en Belgique un passage remarqué chez nos voisins andennais du Bear Rock. Depuis, ils n'ont plus arrêté de tourner (USA, Japon, ...), si ce n'est pour enregistrer leur deuxième album 'This Earth Is Not A Cold Dead Place', dèjà encensé par toute la presse.

Leur phénoménale tournée européenne (presque 3 mois non-stop !) passera donc par le Rhâââ Lovely Festival, pour des retrouvailles dans la région, que l'on espère ... détonantes !

 

Discographie

-) 2000 : 'How Strange Innocence'.

Ce qu'en pense Infra Tunes :
C'est sur un titre sombre et mélancolique que démarre ce 1er album du groupe américain Explosions In The Sky. Entre le post-rock plein de guitares de Mogwai et la finesse des sonorités de la scène Québécoise, Explosions In The Sky nous offrent 7 titres tous plus prometteurs les uns que les autres. Un son très rock, avec une progression lente, caractéristique du post-rock, des mélodies calmes, enivrantes, démontées par les envolées de guitares et de batterie. À écouter sans retenue !

Site.

 

-) 2001 : 'Those Who Tell The Truth Shall Die, Those Who Tell The Truth Shall Live Forever' sur Temporary Residence Limited.

Ce qu'en pense Sans Tambour Ni Trompette :
'this plane will crash tomorrow' comme indiqué sur la pochette... et bien le moins que l'on puisse dire, c'est que ces américains n'ont pas besoin de lire dans les entrailles d'un maquereau pour annoncer le futur des Etats Unis !!! Sorti avant le 11 septembre 2001, cet album se veut être la rencontre de différents styles musicaux : tout d'abord, EITS est rock, bien rock même, et d'obédience mélancolique, alternant guitare claire et distorsion terrible; quelque part entre ... AND YOU WILL KNOW US BY THE TRAIL OF DEAD et GOD SPEED YOU BLACK EMPEROR avec quelques relents de FUEHLER ! Souvent instrumental, EITS raccourcit et étire le temps, badigeonne la mélancolie de l'hiver d'explosions bruitistes dans des mélodies fragiles et bien senties; De longs morceaux tout en sculpture, gravé dans le seul marbre du WORLD TRADE CENTER qui n'ait pas fondu sous l'effet de la chaleur, ce quatuor américain aime saupoudrer le calme et la rêverie d'un MOGWAI d'un zest dénergie et d'un savoir faire rock torturé fracassant ! Fier d'une production réellement sans faute, la musique de cet explosion dans le ciel a quelque chose de transcendant, emplie d'une bonne part de rêverie, d'étoiles rougies par l'âge... un nuage d'étoiles inquiétants qui peut à tout instant éclairer le ciel d'explosions chaotiques et rugissantes... bien Classe.

Erwan - site.

Ce qu'en pense Matamore :
Explosions in the Sky s'impose comme un coup de tonnerre. Ils associent le post-rock grandiose et spatial de Mogwai et Godspeed à un peu de dynamisme et de fraîcheur directe puisés dans l'indie rock de groupes comme Seam, Mineral ou Appleseed Cast. (...) La grande réussite d'Explosions in the Sky c'est justement ça, cette capacité de faire entrer de la spontanéité, de l'émotion directe et du dynamisme dans un post-rock planant parfois un peu esthétisant.

Didier - site.

 

-) 2003 : 'This Earth Is Not A Cold Dead Place' sur Temporary Residence Limited / Bella Union.

Ce qu'en pense Soit Dit En Passant :
[...] Le quatuor texan, toujours aussi fidèle à ses enivrantes guitares, a d'abord su éviter le piège de la redite, ne resservant pas ces montées en puissance explosives qui avaient pourtant fait la magie de "Those who tell the truth shall die, those who tell the truth shall live forever", l'album qui a permis au groupe de sortir de l'anonymat. Preuve de maturité ou non, Explosions in the sky insuffle à ses guitares une puissance mélodique nouvelle: la violence des sensations procurées et l'impression de ciels tourmentés ne découlent pas forcément des murs de bruit et des crescendos.
Les envolées sont moins radicales, le silence et le néant prennent certains relais, sans pour autant que l'on vire ici à des atmosphères forcément sombres ou morbides. Le titre même de l'album, mais également "First Breath After Coma" sont en eux même porteurs d'un espoir, mais d'un espoir qui ne confine pas à la naïveté: on a conscience des ses propres malheurs, on apprend simplement à les digérer sans les enfouir. Les lieux traversés ici ne sont pas tous grisâtres et baignés d'une lumière blafardes, ils sont illuminés, rocailleux certes, tour à tour accueillants et inquiétants.
Le son de l'album est léché (un défaut?), pur, mais brutal quand même. On pense parfois à Sigur Ros, à One Mile North et à Emery Reel: trois autres groupes qui véhiculent des images fortes et incisives. "First Breath After Coma", premier morceau de ce disque rappelle combien la part de la batterie est importante chez Explosions in the sky, combien la cohésion entre les instruments permet d'évoquer des rêves d'illuminés.
Les cinq titres de "The Earth is not a cold dead place" offrent donc un recoin de plus dans lequel de nichés, offrent cinq plages instrumentales splendides et indispensables. Le dernier morceau "Your hand in mine" est un sommet post rock. Tendez leur vos mains, vous ne le regretterez sûrement pas…

Quentin Dève - site.

Ce qu'en pense Autres Directions :
Retour en forme de l'un des groupes post-rock les plus doués et estimés - du moins par les amateurs d'un style dont Mogwaï et Godspeed You! Black Emperor restent les grandes figures tutélaires. Sous l'ironie de son titre désabusé, ce troisième album poursuit la route prise par les texans : longue, sinueuse, accidentée, ponctuée de quelques haltes reposantes et égayées de grandes accélerations. The World Is Not A Cold Dead Place semble néanmoins plus abouti que ses prédecesseurs, moins linéaire, encore plus subtil lorsqu'il dépeint ces paysages complexes et dégagés. Si Explosions In The Sky séduit toujours autant pour sa fulgurance, le quator joue désormais davantage avec les nuances, les changements de rythme. Les cinq pièces qui constituent cet album s'étirent toujours dans la longueur (chaque morceaux fait de 7 à 10 minutes), dans la langueur, et finissent généralement par une envolée épique, une apothèose sonique, véritable exutoire d'une rage contenue. Et si le denouement semble inéluctable, le parcours pour y arriver est toujours aussi jubilatoire et précède régulièrement un retour au calme d'autant plus plaisant (The Only Moment We Are Alone). Intense et mélancolique, The World Is Not A Dead Place est d'ores et déjà un classique du genre. Excellent.

Denis - site.

 

Audio

-) Concert live sur Transmission3000.
-) Memorial.

 

Web

-) Site officiel.
-) Temporary Residence Limited.