FR | EN | NL

ARCHIVES | 2004 | MAIN STAGE | BERG SANS NIPPLE


Photos

photo 5
1 :: 2 :: 3 :: 4 :: 5 :: 6 :: 7 :: 8

 

Biographie

Berg Sans Nipple en piste... ou un couple de frères siamois déchirés et envoyés sur différents continents...

Séparés, Shane 'Sans Nipple' Aspegren et Lori 'Berg' Sean Berg évoluent à distance jusqu'à leurs 25 ans, à Lincoln (Nebraska) et Paris (France). Ils n'avaient pas connaissance d'une moitié manquante, et pourtant ils le sentaient : ça n'allait pas.

 

 

Mais comme le destin a ses propres chemins, le voyage de Sans Nipple à travers l'indie rock (Lullaby For The Working Class, Songs:Ohia, Tv City) le conduit finalement sur un vieux continent, et une vieille ville : Paris. C'est là que Berg cuisine ses propres fruits musicaux (à l'écart de ses formations prog-rock Purr et Don Nino).

Et comme nous aimons tous les fins heureuses, les mystérieux jumeaux sont enfin réunis. Réunis autour de toutes sortes d'étranges claviers (du würlitzer au casio), de thèmes et mélodies brise-coeur, et bien sûr, du second corps de Sans Nipple : une magnifique batterie de 1922.

 

 

Leur premier enregistrement, la bande originale du court métrage 'Marie Madeleine' (qui sera projeté au festival), donne déjà une idée de ce que des frères peuvent faire, mais c'est surtout sur leur récent LP 'Form Of...' qu'on mesure toute l'étendu du talent de BSN. Et en live, c'est encore une division au-dessus !

 

Discographie

-) 2002 : Music for the short film Marie Madeleine, sur Gumspot.

Ce qu'en pense Matamore :
La nouvelle avait de quoi susciter l'intérêt. Réunis dans un projet commun deux frères siamois comme se plaît à souligner le site qui leur est dédié. A ma droite Lori Sean Berg, membre éminent de la scène 'intelligente' parisienne, déjà observé comme batteur de Purr et multi-instrumentiste aux côtés de Nicolas Laureau au sein de Don Nino. A ma gauche Shane Aspegren, américain d'origine ayant déjà collaboré au sein de références comme Songs:Ohia ou… Don Nino ! Le tout couronné par la présence du divin chauve, Dominique A, en invité de marque.
La forme étant ici la bande originale d'un court-métrage intitulé Marie-Madeleine réalisé par Shane Aspegren en personne. C'est donc avec réjouissance que je me plongeais dans ce court premier disque (25 minutes). Et de déception, il n'y eut point.
Cette bande-son des plus envoûtantes s'avère être un joyeux mélange de claviers baroques, percussions diverses, rythmiques syncopées, le tout autour d'une ambiance diffuse de boîte à musique, de foire enfantine et de laboratoire de savant fou.
L'album s'ouvre sur le 'theme for Marie-Madeleine', hymne enfantin au ralenti, véritable symphonie pour clochettes. On a cette impression subtile de se trouver dans un berceau avec au-dessus de soi cette petite structure mécanique qui tourne, emportant dans ce tourbillon hypnotique une myriade d'impressions glanées tout au long de la journée, pour se transformer en une pièce musicale unique et éphémère.
Viennent ensuite les trois parties de 'sub-urban transparence', pièce centrale de l'œuvre. La première se veut minimaliste avec une mélodie jazzy égrenée sur un clavier, bientôt rejoint par d'autres qui viennent se mêler dans une confusion des plus réussies. La deuxième partie s'insinue plus doucement dans nos oreilles: quelques nappes discrètes, un orage lointain, un piano étrange… Puis vient un autre piano, plus grave, plus incisif. Une rythmique industrielle, bruits distordus de morceaux de métal frappés passant de droite à gauche, de gauche à droite. Le tout est remplacé par une rythmique agressive qui souligne plus avant le côté métallique du morceau, une basse assommante venant nous clouer au siège. On pense à l'effroi d'un « Requiem for a Dream ».
Mais le groupe nous ramène vite vers des horizons plus familiers avec une troisième partie proche de leurs univers déjà observés. On pense ici à Purr avec une batterie omniprésente, mais avec également la présence des claviers et de ces micro-percussions mélodiques qui donnent à la composition un soupçon d'innocence. Là aussi quelques rythmiques métalliques viennent souligner la noirceur, le côté expérimental du morceau. Mais à l'instar d'un Mogwai débarrassé de ses guitares, la mélodie n'est jamais loin. Une véritable réussite, un morceau plein d'intensité.
'la lumière et l'enregistrement' vient ponctuer ce disque par la voix et le texte d'un Dominique A. Proche de l'univers de « Remué », soit un morceau minimaliste, mélancolique, sombre, très sombre. Quelques touches de xylophone avant une envolée très emocore, toute en tensions retenues, avec en toile de fond une inquiétante boîte à musique.
Au final, ce disque, bien qu'un peu court, est une grande réussite de par sa recherche mélodique et rythmique. Les ambiances oppressantes s'avèrent d'une efficacité redoutable clouant souvent l'auditeur (moi en l'occurrence) à son siège, à son lit. Il vient confirmer tout le bien qu'on pensait de ces deux artistes enfin sur le devant de la scène.

New Pretoria - site.

Ce qu'en pense Autres Directions :
A n'en pas douter, ce mini-album en forme de bande originale de Berg Sans Nipple devrait constituer une belle promesse pour la poignée de personnes qui apprécient des groupes rares et intègres comme l'était feu-Bästard.
Affublé de pseudonymes assez mystèrieux, ce duo se compose de Berg qui n'est autre que Jérôme Lorichon (autrefois batteur des excellents Purr et Don Nino) et de Sans Nipple, américain exilé à Paris qui aurait sévi dans Lullaby For The Working Class (qu'il faudrait se décider à réhabiliter un jour) et Songs:Ohia.
Initialement conçus pour accompagner le court métrage "Marie-Madeleine" réalisé par Sans Nipple, les 5 pièces qui constituent ce disque allient la puissance d'une ligne rythmique inventive et aérienne à la grâce de mélodies qui évoquent Yann Tiersen.
Si le disque est sorti pour le moment dans une quasi-confidentialité (apparemment sur le propre label du groupe), la participation de Dominique A sur le bouleversant La Lumière de L'Enregistrement devrait néanmoins attirer l'attention de certains.
Ce qui ne serait que justice tant ce premier essai est une véritable réussite. Si la participation de Dominique A, en figure tutélaire, sublime la musique du duo, on retiendra surtout le triptyque Sub-Urban Transparence et ses envolées contenues. Un disque à ne pas manquer, dans l'attente d'un premier album désormais attendu impatiemment pour 2004.

Denis - site.

 

-) 2002 : 1 titre sur la compilation 'Catalogue 2002'.

 

-) 2002 : 1 titre sur la compilation de l'Electroni[k] Festival de Rennes.

 

-) 2002 : 1 titre sur la compilation 'Performance #1 - An Intercontinental Compilation'.

 

-) 2003 : 'Form Of...', sur Prohibited Records.

Ce qu'en pense Infratunes :
Berg sans Nipple : derrière ce nom amusant se cache un duo d'électroniciens particulièrement doués. La preuve en est avec ce premier album Form of, balade onirique dans des contrées mélodiques parfois rugueuses mais jamais austères qui font la part belle aux percussions et instruments de toutes sortes, notamment mélodica et piano électrique wurlitzer.
Le duo a su s'entourer puisqu'il a convié Ohad Benchetrit et Justin Small, guitaristes du groupe de post-rock Do Make Say Think, mais aussi Luke Sutherland de Bows et Maria Taylor de Azure Ray pour les voix.
Le résultat ? magnifique !
Post-rock sur les excellents Flapping et A Free... (et sa rythmique imparable, son chant étrange et son claquement de mains irrésistible), suivis par le non moins bon bd des souvenirs, instrumental lumineux et entêtant qui évolue vers un post-rock jazzy résolument barré. Dilate in rhythm nous plonge ensuite dans une ambiance plus calme. Une voix féminine s'élève, accompagnée d'un clavier, sur un beat electronica augmenté par la suite de guitares et d'un loop de batterie énervé. Puis l'on perd la fréquence progressivement, la voix a disparu, le beat expire... très très beau moment. Le morceau qui suit est également de toute beauté : la voix de Luke Sutherland y refait son apparition, pour notre plus grand plaisir.
A ce stade de l'album, la partie est évidemment gagnée et un titre peut-être un peu abscons comme Stimulus Plan B, très (trop ?) saturé, ne parvient pas à écorner la réussite indéniable que constitue cet album, mélange d'expérimentations sonores hardies, originales et personnelles. Chapeau bas !

Site.

Ce qu'en pense Popnews :
[...] Lori Sean "Berg" (Jérôme Lorichon), déjà repéré dans des formations telles que Purr et Don Nino, s'occupe des claviers, de la trompette et d'autres instruments aussi divers que variés, tandis que Shane "Sans Nipple" Aspegren, ayant quant à lui participé essentiellement à Lullaby For The Working Class, Songs:Ohia et Bright Eyes, se charge principalement des percussions. En dépit du fait que la musique de ces deux garçons soit essentiellement instrumentale, elle ne doit pas être hâtivement classée dans la catégorie post-rock, car celle-ci est plus intelligente que ce genre de classement réducteurs et lui est même imperméable. S'il est également vrai qu'elle est exigeante envers l'auditeur, elle se révèle pourtant très rapidement naturelle et comme imprégnée d'une autre logique sonore qui nous submerge avec une facilité contre laquelle il est vain de lutter.
Ecouter "Form Of…" c'est accepter qu'un autre monde entre en communication avec nous. Et même si nous n'arrivons pas encore à décrypter l'intégralité du message, même s'il nous reste encore à en découvrir certaines subtilités, la beauté du langage, nous la ressentons, son évidence nous la devinons ; c'est bien là l'essentiel.

Fred - site.

 

Audio

-) Dilate in rythm.

 

Web

-) Site officiel.
-) Prohibited Records.