FR | EN | NL

ARCHIVES | 2004 | MAIN STAGE | RAYMONDO


Photos

photo 5
1 :: 2 :: 3 :: 4 :: 5

 

Biographie

Au départ 'Belmondo', Raymondo est un projet solo né sur les cendres de Sexytiger, et mené par Christian Nolf. Une première démo CD-R est sortie de manière souterraine fin 2001 et a reçu de très bonnes critiques de la part de magazines tels que Magic !, Autres Directions, Popchild ou Matamore. Elle est distribuée en Belgique par le collectif JauneOrange et au Luxembourg par le label Own Records.

Le projet solo devient quatuor avec l'arrivée de Lobke D'Hespeel (Mote, Breezr et également, pour l'anecdote, soeur de Wio, des Portables), Boris Gronemberger (Venus, Zop Hopop, The Grandpiano, Grinberg, Chacda, V.O., Françoiz Breut) à la batterie et de Cédric Castus (Grinberg) à la deuxième guitare.

 

 

Le groupe fait également partie depuis 2003 de l'écurie du label indépendant Matamore Recordings (issu du webzine Matamore) aux côtés de Tom Sweetlove, Half Asleep et Jupitter_K. Le premier album du quatuor, logiquement intitulé '1' est prévu pour mars 2004.

Musicalement, Raymondo est à placer quelque part dans la lignée de gens comme Idaho, Jim O'Rourke, Nick Drake, The Sea and Cake, Mark Eitzel ou Karate, mais possède une originalité et un univers chaleureux, accessibles et aboutis, qui lui sont totalement propres.

 

Discographie

-) 2001 : 'Belmondo', démo CD-R 8 titres autoproduite.

Ce qu'en pense Magic! :
Refuge. Ex-Sexytiger, Christian Nolf livre sous le pseudo de Belmondo une démo d'un rare talent ; rare comme l'éblouissante bascule de l'ombre à la réverbération d'un ciel sans nuage, rare comme l'intensité d'un silence au-dessus d'une mer d'huile. Chacune de ces huit ballades est, vous l'aurez compris, à conseiller d'urgence à tous ceux qui ne pourraient pas partir en vacances cet été.
Assis par terre au boulot, la guitare de Belmondo au creux des oreilles, le battement lointain d'une caisse claire chaude et vibrante nous invitant à une douce indolence, on voit apparaître la voix en demi-teinte, comme un mirage vivant et insaisissable.
Cette sensation de présence, ce mirage, s'approchent pourtant, s'incarnent discrètement quelque part dans notre espace intime. Touché par la grâce de cet album, nous voilà échappés dans un univers qui n'appartient qu'à nous. Peuplé de nos souvenirs, de notre projection de l'Idéal, on n'est pas surpris pourtant d'y retrouver Christian, comme si on l'avait toujours connu, comme s'il savait depuis toujours nous conduire à notre refuge le plus secret.

Marie Daubert.

Ce qu'en pense Autres Directions :
L'après Sexytiger a pris Belmondo pour nom en ce qui concerne Christian Nolf. Mis en bouche par un instrumental d'electronica léger et aérien, You Shine On rayonne. Ce tube placé sous haute influence de Jim O'Rourke circa Eurêka, gracieux et éclairé par une trompette magistrale, augure des perles dont cette autoproduction recèle. She's Like A Fruit célèbre un peu plus cette pop majestueuse qui cache sa mélancolie sous des sonorités chaleureuses, rappelant parfois the Sea And Cake, Nick Drake, voire Everything But The Girl (Open Air Projection), après un clin d'oeil en forme de fausse reprise méconnaissable (A Letter To Jean-Michel Jarre). Les batteries de Chicago soulignent le caractère doux-amer de ces belles compositions estivales (The Highest Restaurant). Falling From Love, enfin, est les morceau les plus tendu, triste et emphatique... Une bien belle façon d'aboutir cette première étape d'un artiste à l'avenir radieux et déjà passionnant.

Stéphane - site.

Ce qu'en pense Matamore :
Il n'aura pas fallu longtemps à Christian Nolf pour s'inventer un après Sexytiger. Belmondo reprend les choses en solo là où le trio les avait laissé avec le fabuleux 'It Could Start'. Non content de déjà prétendre au titre de meilleur album indie belge de l'année, il fait coup double ici.
A peine quelques mois ont suffi à l'élaboration d'une œuvre pop complexe et féerique. Huit titres, 35 minutes et toujours en autoproduction par volonté propre.
'Return flight' est la reconstruction d'un instrumental guitare clavier à travers Cool Edit Pro. Juste ce qu'il faut a été retiré pour le rendre juste planant, léger et discret. Une entrée en matière comme un panache de brume, transpercé de lumière estivale, qui peu à peu s'évapore.
On assiste alors au croisement improbable entre le Jim O'Rourke d'Eureka et Idaho. Un 'You Shine On', tubesque, navigue dix pieds au-dessus du sol, magistral. Guitare, voix, batterie, claviers et basse, tous joués en solo s'assemblent pour autant à merveille. Attention chef-d'œuvre.
' The Southern Seashore' reprend les mêmes ingrédients additionnés de lignes de guitare à la Geoffrey Farina (Karate) pour une réussite quasi identique.
Puis Belmondo largue toutes ses références pour un 'She's like a fruit' époustouflant, largement du niveau de Gloria Record, Matt Pond PA ou Jim O'Rourke. Une ode à la touche repeat, aux rythmes généreux et fruités et au climats mélancoliques formidablement ensoleillés. Love song parfaite.
Chose a priori incongrue, une reprise libre de Jean-Michel Jarre trône au centre du disque, 'A Letter To Jean-Michel Jarre'. Reprise… c'est beaucoup dire… Jouée à la guitare classique accompagnée de synthés pur toc, elle s'accompagne de paroles pas piquées des vers qui sont une dénonciation en forme de lettre ouverte des tromperies et du vide total sur lequel JM Jarre a fondé sa carrière.
Joli coucher de soleil à la fin d'une journée ensoleillée d'été avec 'Open air projection'. Calme, reposant, dépaysant, bénéfique. Il mène à la nuit noire et trouble de 'The Highest Restaurant', nouveauté dans l'univers musical de Christian Nolf, rythme cassé, atmosphère et vocaux ralentis, une plage à mi-chemin de Bed et Joan of Arc.
Et l'album de se conclure avec son summum, un 'Falling From Love' impeccable, d'une densité qui coupe le souffle. Six minutes de perfection. Slowcore romantique et mélancolique, aérien, parfait, entre Low, Mogwai, Kepler et Codeine.
Aux dernières nouvelles, Belmondo devrait devenir un groupe, rejoint en cela par Boris (V.O., Grimberg, Grandpiano, Françoiz Breut) et par Lobke D'Hespeel (Gush, Mote, Breezr). L'avenir lui appartient et est plus que jamais ouvert, tant ses capacités de compositeur le détachent du reste du spectre de l'indie belge comme une étoile au firmament. Indispensable.

Didier - site.

 

-) 2002 : 1 titre sur la compilation 'Ear/View' (Own Records) avec Man, Yellow6, ...

 

-) 2003 : 1 titre sur la compilation 'Hi-fi songs for Lo-fi hearts' (Paperheart Records) avec Wio, Carissa's Weird, ...

 

-) 2003 : 1 titre sur la compilation 'Starving but happier'.

 

-) 2004 : '1', album 8 titres à paraître en mars 2004 sur Matamore Recordings.

 

Audio

-) Open air projection (extrait), à paraître sur '1'.

 

Web

-) Site officiel.
-) Matamore Recordings.