FR | EN | NL

ARCHIVES | 2003 | TOBOGGAN


Photos

photo 2
1 :: 2 :: 3 :: 4 :: 5 :: 6 :: 7

 

Biographie

Formé en 1996 par Valérie Niederoest (guitare, chant) et Maude Oswald (basse), Toboggan est un trio rock lausannois. Le groupe fait ses premiers pas sur scène en 1997 et entame, avec plusieurs batteurs successifs, une série de concerts qui les conduira dans la plupart des clubs et des festivals romands (dont l’Usine de Genève en ouverture de Blonde Redhead, le For Noise Festival, le Fri-Son de Fribourg). Il aura également l’occasion d’effectuer une petite tournée avec Shannon Wright et de s’ouvrir au public suisse-allemand à plusieurs reprises.

 

 

Question style musical, Toboggan offre un ensemble d’étranges et belles parties instrumentales, et de morceaux chantés, d’aucuns nomment « post-rock ». De bizarres arpèges et des guitares distordues, des rythmiques torturées et des lignes de basse complexes sont en quelque sorte leur marque fabrique. Un rock à demi calme, aérien et contemplatif, à demi tendu, sur lequel vient se greffer une voix laconique et posée. Malgré le caractère étrange que peuvent prendre ses compositions, Toboggan a cette particularité de proposer une musique qui reste très abordable. Un résultat à la fois original, personnel et dans lequel il est paradoxalement facile d’entrer.

 

 

Afin de laisser une trace définitive de leur musique, Toboggan se décide enfin, durant l’été 2001, à graver son 1er album “Picket Fences”, très bien accueilli par la critique de suisse romande et d’ailleurs.

Plus récemment, Toboggan s’est lancé pour deux semaines et demi sur les routes d’Angleterre, d’Allemagne, d’Italie et de Belgique en tant que première partie du groupe américain Unwed Sailor. De retour et riche de cette nouvelle expérience, le groupe va à présent se concentrer sur la préparation d’un nouvel album dont l’enregistrement pourrait se faire durant l’été 2003. Leur concert au Rhâââ Lovely constituera donc une sorte de petite récréation.

 

Discographie

-) toboggan / parazit split (septembre 2001) sur Tricycle Evolutif.

Ce qu'en pense Matamore :
(...) Mis côte à côte, face à face, ces deux morceaux donnent une sorte de preuve par A + B supplémentaire de la qualité élevée de cette jeune scène post-rock suisse dont on n’a certainement pas fini d’entendre parler. Si l’occasion se présente n’hésitez pas à acquérir ce 45 tours, bel objet et musique riche et précieuse.

Didier Goudeseune - Matamore.

 

-) 'picket fences' (novembre 2001) sur Gentlemen Music / Namskeio.

Ce qu'en pense Matamore :
(...) Le trio basse/guitare/batterie se caractérise par une écriture, resserrée, austère, minimaliste, atmosphérique, tendue mais mélancolique et sensible, quelque part entre Victory at Sea et Early Day Miners. Avec le rock tourmenté des premiers et la manie d’explorer toujours le même spectre des seconds, les fantômes de Codeine, Slint et Seam ne flottant jamais non plus trop loin.
‘Picket Fences’ explore toujours les mêmes eaux mais pour celui qui les aime c’est un plaisir inégalé. La moitié des morceaux est chantée par Valérie. On pense directement à Mona Elliot (Victory at Sea) et à Tara Jane O’Neil (Sonora Pine). Même capacité d’évocation, fin filet de voix clair, précis et émouvant.
(...) Premier album magnifique pour ce nouveau groupe suisse qui s’inscrit d’emblée comme une des fleurons les plus intéressants de la scène post-hardcore / slowcore actuelle, au même titre qu’un Victory at Sea, qu’un Giardini di Miro, qu’un Lisabo, qu’un Playdoh ou un Mercy Giants.

Didier Goudeseune - Matamore.

Ce qu'en pense Comes With A Smile :
(...) un premier album accompli, exceptionnel par moments.

Comes With A Smile Vol. 10 (Londres).

Ce qu'en pense Les Inrockuptibles :
Le groupe a beau s’appeler Toboggan, ses descentes se déroulent au ralenti, dans un murmure de guitares complexes. Suivant à la lettre un plan de vol fermement établi depuis Slint puis Mogwai, c’est pour les montées que ces Suisses éplorés conservent leur puissance sonique. Une voix, rare et fragile, se charge parfois de rappeler que l’on n’est pas ici chez Tortoise, que Toboggan aime visiblement autant Red House Painters que les matheux de Chicago. Et que Lausanne, cette capitale du rock helvète esthète (de Chewy à Honey For Petzi), n’est qu’à deux doigts de la France, où Kaolin ou Lust ont, eux aussi, imposé de la pop au post-rock.

Benjamin Montour - Les Inrockuptibles.

 

-) toboggan / unwed sailor split (octobre 2002) sur Gentlemen Music / Namskeio.

 

Web

-) Toboggan.
-) Gentlemen Music.
-) Namskeio.