FR | EN | NL

ARCHIVES | 2001 | MY OWN


Photos

photo 1
1 :: 2 :: 3 :: 4 :: 5 :: 6 :: 7 :: 8

 

Biographie

My Own, groupe parisien (Puteaux) né en fin 95, a conservé son line-up des débuts : Thomas (guitare), Zoé (guitare, chant), Sylvain (basse, sampler) et Hughes (batterie). En mars 97, une première démo, 'Local', donne le ton : des ambiances tendues où les rythmes s'enchaînent suivant des structures syncopées, un chant diaphane, parfois violent, qui se pose sur des entrelacs épineux de guitares.

 

 

Un an et quelques concerts plus tard, une deuxième démo voit le jour, témoignant d'un style qui s'affirme avec une assurance certaine. Emportant l'enthousiasme d'un nombre grandissant, la musique s'est densifiée, enchevêtrement savant de rythmes et de motifs harmoniques qui se marient de temps à autres à des sons concrets, des textures électroniques fracturées.

My Own parcourt la France de long en large et se fait entendre aux côtés de Blonde Redhead (à qui ils font beaucoup penser), Unwound, Playdoh, Heliogabale, Shipping News..., étoffant sa présence et affirmant un son très personnel. La réponse du public ne tarde pas, se laissant prendre sans retenue dans les canevas électriques répétitifs et dissonants responsables du puissant charisme que dégagent les musiciens abandonnés à leur jeu serré.

 

 

Pendant ce temps, les enregistrements se succèdent : trois titres voient le jour sur des compilations dont notamment 'Fat Butt Without Love Vol. 3'. Aujourd'hui, 'Non Wake Up Clocks', le premier album, sort sur Ultra Violet, et donne l'occasion d'entendre le groupe porté par un travail de production aussi sobre qu'efficace, mettant à jour des pistes nouvelles toujours autant génératrices d'images et de sentiments contrastés. Un album audacieux.

 

Discographie

-) 'Local', demo-tape (mars 97).

-) Demo 2 (mars 98).

Ce qu'en pense Magic! :
Décidément, l'Outre-Atlantique semble exercer sur les groupes d'ici un fort pouvoir de séduction. Ce n'est sans doute pas My Own qui démentira ces faits. Quoiqu'il en soit, leur cassette est une purr(e) merveille où ce quartette se joue des dissonances et structures conventionnelles. Ce post-core climatique et apaisé, où l'on entend parfois une voix murmurée, s'est sans doute beaucoup nourri au 'Spiderland' de Slint mais jamais cette référence, qui pourrait être ô combien écrasante, ne vient gêner l'écoute de ce petit chef d'oeuvre.

Ce qu'en pense Devor-Rock :
Déjà une nouvelle démo pour ces Français qui nous avaient séduits par leur mariage de calme et de bruit. Et on peut dire qu'avec cette nouvelle k7, on repart dans de nouvelles aventures sonores. [...] Il est difficile de résumer en peu de mots ce que cette musique peut vous procurer comme plaisir malsain. L'avancée par rapport à la première démo est significative. Les ambiances sont mieux ajustées et forment une ossature importante dans leur musique. Elle vous enveloppe d'un nuage sonore sombre. Une démo plus que conseillée.

-) Plusieurs titres sur différentes compilations, dont 'Fat Butt Without Love Vol. 3'.

Ce qu'en pense Rock Sound :
[...] c'est My Own qui tempère les ardeurs ; sous ses faux airs de quiétude, la colère gronde. Une bien belle surprise. [...]

Ce qu'en pense Devor-Rock :
[...] My Own appâte le client avec une douceur toute féminine pour mieux exploser en final bruitiste. Qui s'y frotte, s'y pique ! [...]

-) Split-single avec Hint sur Catharsis.

Ce qu'en pense Rock Sound :
[...] (ils) surprennent par leur vision intimiste d'une pop renfermée et détruite. Du vrai bonheur !

Ce qu'en pense Positive Rage :
Après une intro proche de Blonde Redhead, le titre de My Own nous plonge dans une ambiance répétitive attachante. Les notes de guitares viennent se mélanger dans votre tête jusqu'à en perdre votre orientation, tandis que la section basse-batterie vous réveille de temps en temps pour mieux vous laisser retomber dans cette berceuse entêtante. Typiquement ancré dans cette nouvelle scène "post" quelque chose, My Own joue avec les ambiances en laissant s'installer des plans répétitifs pour en extraire toutes leurs ressources. [...] A noter pour finir un son d'une très haute qualité [...]

-) 'Non Wake Up Clocks' sur Ultraviolet (mars 2oo1).

 

Web

-) Site officiel.
-) Ultraviolet.