FR | EN | NL

ARCHIVES | 2013 | 30/03 TPSQ + PETRELS


30 Mars - The Pirate Ship Quintet + Petrels + Roy Neary @ CPCR (Liège)

 

 

entrée : 8 €
doors : 20h00
infos : rhaaalovely.net


adresse : en jonruelle 11-15 - 4000 liège.

 

Roy Neary (b) _ 20h30

Cyclique, mélancolique, électrique, noise et explosive, la musique composée par Roy Neary emprunte les chemins tracés par des groupes comme Mogwai, Explosions in the sky... Ces liégeois savent ce qu'ils font et ça s'entend. Du début à la fin il est impossible de détourner les oreilles!

 

Petrels (uk) _ 21h30

Qui a dit que la musique expérimentale ne pouvait pas être émotive? Sombre et profonde, la musique du londonien Oliver Barrett, aka Petrels, vous happe, on se sent pris dans des courants torrentueux, sur le point de se noyer dans ses enchevêtrements compulsifs de drones et de tension dramatique électrique, à grands coup de guitares distordues, d’expérimentations sonores et de chants baroques... C’est à la fois terriblement anxiogène et totalement fascinant !

Le très attendu deuxième album de Petrels, Onkalo, sortira en mars prochain sur le label Denovali.

 

photo1

 

The Pirate Ship Quintet (uk) _ 22h30

Vous en connaissez des groupes qui comptent parmi leurs membres un violoncelliste de l’Orchestre symphonique de Londres? Cherchez pas, il n’y en a qu’un: les Bristoliens de The Pirate Ship Quintet, pardi! Ce privilège n’est pas sans avantageuses conséquences : les arrangements à cordes conduisent les mélodies, les harmonies s'enchevêtrent autour d'elles, développant progressivement une musique à la sensibilité grave, à la délicatesse languissante... Jusqu’à ce qu’une rage furibonde s'empare de la partition, laissant exploser les contradictions intérieures du groupe par la violence abrupte des chants hard-core/screamo et les fulgurances écorchées des guitares, et emmène les musiciens dans des sphères post-rock littéralement extatiques. Qui plus est sur scène! A voir pour le croire.

A écouter: l’excellent dernier opus Rope for No-Hopers sorti en 2012 chez Denovali.

 

photo1